Sabrina Cusson

Artisane joaillière

Un peu d'historique sur les bijoux

Sabrina Cusson

Pour certains, les bijoux sont un luxe. Pour d’autres, ces objets de valeur sont un must et constituent l’élément clé de chaque ensemble.

Que l’on opte pour des bijoux minimalistes, bohèmes, modernes, rétros ou vintage, qu’importe! Force est de constater que les bijoux ont toujours été imprégnés d’une valeur ou d’une autre, qu’elle soit sociologique, religieuse, utilitaire ou sentimentale.

Saviez-vous que l’usage d’ornements corporels a commencé pendant la période préhistorique, il y a 135 000 ans? Les porteurs de bijoux se décoraient le corps avec des coquillages et des dents animales. (Bon, il fallait utiliser ce que l’on trouvait, n’est-ce pas?).

Pendant la période antique, la découverte du métal et de l’or font bouger les choses. De fil en aiguille, les artisans et artisanes développent l’art de la joaillerie en fonction des goûts de leurs clients. C’est dans le bassin méditerranéen que les centres de bijouterie voient le jour et que les échanges se font de plus en plus couramment. Certains peuples, dont les celtes, les égyptiens et les précolombiens, valorisent particulièrement le bijou pour ses propriétés « thérapeutiques ». Pour eux, l’objet en question devient donc une source de protection, une amulette ou un talisman. Finalement, c’est vers l’an 1900 que l’on reconnaisse formellement la valeur de la pierre précieuse. La mode Art déco et l’Art nouveau sont deux mouvements particulièrement importants au développement du bijou.

Aujourd’hui, les bijoux sont valorisés et reconnus à l’échelle internationale. Il est clair que les bijoux ont traversé des époques sans jamais perdre de leur brillance. L’importance des bijoux a certes été constatée et approuvée par plusieurs écrivains, dont notre cher Jules Verne qui décrivait souvent les belles femmes dans ses romans. Par exemple : « Cette femme était jeune, blanche comme une Européenne. Sa tête, son cou, ses épaules, ses oreilles, ses bras, ses mains, ses orteils étaient surchargés de bijoux, colliers, bracelets, boucles et bagues. »

Comme Jules Verne le dit si bien, comment résister à de telle beauté?